compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

psaumes de complies

  • Psaume 4

    Introduction au psaume :

    Où donc est le bonheur ?

    Que de fois Jésus a évoqué le " scandale " !
    Et en effet de combien de façons l'âme qui veut croire n'est-t-elle pas heurtée, menacée dans un monde où tant d'hommes montrent d'autres routes. Les vanités du monde cherchent à étouffer la " semence" de vie (Luc, 8. 14).


    Le " mensonge" semble payer largement ceux qui en usent. Celui qui ne veut pas des illusions de la vanité et refuse les ressources coupables du mensonge a le sentiment d'être une victime pour les hommes sans scrupules, il craint vaguement d'être dupe. Mais on n'est pas dupe en refusant ce qui est vain. On n'est pas dupe en restant farouchement fidèle à la vérité. Les tentations existent. La prière en triomphe, et alors on connaît la paix de Dieu. Le monde a beau peser sur nous, Dieu est là qui nous écoute :

     

    Lire la suite

  • Psaume 15

    Introduction au psaume :

    Seigneur, ma part, c'est Toi

    Les paroles de l'Evangile affluent à la mémoire , où plutôt montent à flots du cœur quand on s'abandonne au mouvement irrésistible de ce chant. 

    "Celui qui croit en moi ne mourra jamais" (Jn 11,26)

    "Dieu n'est pas un Dieu de morts, mais de vivants " (Math. 22,32)

    Ce psaume offre en effet l'extraordinaire témoignage de la puissance décisive, irrésistible, de la foi entendue, bien sûr, au sens plein, où elle n'est pas moins attachement du cœur et de tout l'être que de l'intelligence. 

    Non, il n'est pas possible qu'on ait choisi Dieu, où plutôt qu'il nous ait choisis (Jn 15,16 ; Gal 4,9) et qu'on puisse mourir. Dans l'âme de celui qui composa ces strophes ardentes, la foi est si forte qu'elle entraîne une éblouissante évidence : non, on ne peut pas mourir quand on croit en Dieu

    La foi rompt toutes les barrières et, à travers la mort, découvre déjà, comme une exigence, comme une certitude, ce que Jésus nous a appris à appeler la "résurrection". La foi ne peut pas ne pas espérer (Héb 11,1).

    Il fallait une foi héroïque pour déchirer ce voile avant que le Seigneur fût sorti du tombeau. Mais notre espérance continue d'avoir besoin de revenir ainsi à sa source. 

    Il faut apprendre par cœur, redire d'un seul trait, ardemment, ce poème admirable que les apôtres ont retrouvé d'instinct au lendemain de la Résurrection (Actes 2,25 sq.)

     

     

      

    Lire la suite

  • Psaume 129

    Introduction au psaume :

    Du bas-fond j'ai crié vers toi.

    Avec le psaume Miserere (psaume 50), De Profundis (psaume 129) est par excellence le Psaume de la pénitence. Il est même devenu plus précisément la prière  par laquelle l'Eglise implore pitié pour les défunts. 

    C'est pourquoi, comme le Miserere, il risque d'être usé. Il faut en retrouver la profonde et discrète beauté qui le rend si capable de porter à Dieu la misère des hommes pécheurs et de leur rapporter d'auprès de Lui l'espérance.

    Notre misère, nous savons bien que si Dieu veut en retenir les dimensions, s'il veut tenir le compte rigoureux de nos fautes, nul n'y tiendra. 

    Le lui dire, c'est l'acculer, devant cet aveu, à la miséricorde : 

    Lire la suite

  • Psaume 142

    Introduction au psaume :

    Aucun vivant n'est juste devant toi.

    Émouvante aspiration d'une âme vers Dieu dont elle se sent indigne, dont la sépare le poids de son péché et de ses faiblesses.

    Ce psaume fourmille d'élans très purs, de mots d'une rare limpidité spirituelle. 

    L'humilité s'y manifeste dès l'abord :  

    Lire la suite