compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

40 jours sur le chemin de la prière : 10e jour

C'est devant Dieu aussi que s'éveille cette couche profonde qu'il a lui-même disposée dans l'homme et orientée vers lui pour lui répondre : l’instinct religieux. L'homme, en vivant, ne fait pas seulement des usages différents de ses facultés, mais sa vie prend sa source dans des couches  plus ou moins profondes de son être. 

La réponse à une questions indifférente, la préoccupation causée par une difficulté professionnelle, l'émotion ressentie devant un chef d'oeuvre, la fidélité envers un être aimé, ont leur source dans des régions qui se rapprochent de plus en plus de ce qui constitue l'être véritable de l'homme. Ces mouvements ne peuvent pas être mis en branle à volonté ; ils ne se manifestent que lorsqu'ils sont éveillés par l'objet auquel ils sont accordés. Bien des gens ignorent ce qui se vit en eux et ce dont ils sont capables, jusqu'au jour où ils sont appelés. Il en est de même pour l’instinct religieux. Il répond au mystère qui est au-delà des choses et au sens caché dans les événements, à cela, qui est sur la terre mais qui n'est pas de la terre. 

C'est l'acte par lequel Dieu, créateur et maître du monde, s'engendre lui-même constamment. Éveillé par ce contact et guidé par cet appel, il cherche Dieu lui-même, et c'est déjà de la religion. Mais cela reste incertain, confus, sujet à illusion, aussi longtemps que Dieu ne parle pas explicitement, d'abord par ses prophètes, et ensuite par son Fils Jésus-Christ. L'homme qui se confie à cet instinct qui est en lui, parvient réellement à rejoindre Dieu. Il parvient dans la prière bien éclairée ; c'est alors le face à face sacrée. C'est là que s'éveille dans l'âme non seulement la profondeur religieuse au sens général, mais la profondeur nouvelle, régénérée : c'est le cœur formé par la grâce de l'enfant  de Dieu.

La  réalité de Dieu se dresse dans cet espace. Il peut se faire que l'homme en ait une expérience immédiate, qu'il soit bouleversé de sa puissance, inondé de sa présence toute proche. Il connaît alors le grand et ineffable mystère de la prière ; il doit le recevoir avec respect et le bien garder. Mais, bien souvent - et même la plupart du temps - il en va autrement : il ne se passe rien. Dieu, dont l'homme en prière avait dit : " Il est ici ", reste dans les ténèbres et se tait. La prière portée par la foi doit alors entrer dans ces ténèbres muettes et avoir le courage d'y demeurer. 

 

A suivre...

 

Romano Guardini - Initiation à la prière - Éditions du Seuil (1961)

Romano Guardini (1885-1968). Après avoir étudié la théologie à Freising et Tübingen, il rédige un travail de doctorat sur saint Bonaventure. Il enseigne à Berlin, à Tübingen, puis à Munich de 1948 jusqu'à sa mort. En 1965, il refuse par humilité le titre de cardinal que lui propose le pape Paul VI. Il est l'un des plus grands théologiens du XXe siècle.

Écrire un commentaire

Optionnel