compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Thérèse et la Grande Guerre (4)

    Textes tirés du livre : " Thérèse de Lisieux ou La Grande Saga d'une Petite Soeur " Auteurs : Bernard GOULEY - Rémi MAUGER - Emmanuelle CHEVALIER - Éditions Fayard 1997 (lien ici)

     

    L'UNION SACRÉE

     

    83 à 84

     Jeanne d'Arc et Thérèse ne se contentent pas d'adoucir les souffrances des "poilus" - et de soutenir leur moral. Elles sont aussi le symbole de la réconciliation française. 1914 efface trente ans de luttes religieuses. Même des incroyants anticléricaux militants entretiendront un culte laïque et patriotique pour Jeanne d'Arc.

    Les catholiques se sentaient vraiment mis à l'écart de la communauté nationale, de la République. C'étaient des exilés de l'intérieur, des citoyens mineurs. Cette communauté nationale se refait dans les tranchées. C'est charnel : catholiques et anticléricaux souffrent et meurent dans la même terre de France. Les curés sont sac au dos. Ils combattent, ils sont brancardiers, infirmiers, ils confessent et donnent les sacrements. Leur intégration est totale. 

    " Cette guerre, dit encore Annette Becker, est une guerre d'un très grand consentement patriotique et il est normal que l’Église catholique en prenne sa part, d'autant que les pertes vont être, dès le début, effroyables et que le culte des morts - important dans le catholicisme - va se mêler à celui de la patrie. Ce n'est pas pour rien que Raymond Poincaré utilise le mot "sacré" ("Union sacrée") pour définir ce moment de la conscience française. Le vocabulaire est d'ordre spirituel. La défense de la patrie est l'affaire de tous, opinions politiques et religieuses confondues. Cette dimension spirituelle, tout le monde va en avoir besoin, au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans le massacre. Ceux qui appartiennent à une religion - catholiques, protestants ou juifs - connaissent une véritable renaissance de leur pratique, ceux qui ne pratiquaient pas avant la guerre mais qui avaient un fond de culture religieuse  se disent qu'après tout le spirituel peut les aider.

    On trouve là une approche un peu utilitaire de la religion que l’Église ne voit pas d'un œil très favorable : on n'est pas loin de la superstition. Et il est vrai que certaines choses sont confuses : pour eux la médaille doit les protéger quelle que soit leur croyance. On peut accrocher indifféremment dans un abri une médaille du Sacré-Coeur ou un fer à cheval...ou les deux ensemble...

    Il y a aussi les pratiquants d'avant-guerre, nombreux chez les officiers, autour desquels se produisent des brassages spirituels au profit de la foi et d'un certain retour à la pratique religieuse. Beaucoup de lettres reçues par le carmel mentionnent des exemples de conversions.  Nombreux sont les cas où l'on voit des soldats ne s'étant jamais intéressés à la religion et qui, pensant avoir été protégés de façon extraordinaire dans un moment périlleux, s'entendirent par un camarade que c'est grâce à la "petite sœur". Ceux-là prennent l'habitude de recourir à Thérèse."

    A suivre...


     

     

     

     

  • O Mère bien Aimée - Prière de Marthe Robin

    O Mère bien Aimée, vous qui connaissez si bien les voies de la sainteté et de l'amour, apprenez-nous à élever souvent notre esprit et notre cœur vers la Trinité, à fixer sur Elle notre respectueuse et affectueuse attention. Et puisque vous cheminez avec nous sur le chemin de la vie éternelle, ne demeurez pas étrangère aux faibles pèlerins que votre charité veut bien recueillir ; tournez vers nous vos regards miséricordieux, attirez nous dans vos clartés, inondez-nous de vos douceurs, emportez-nous dans la lumière et dans l'amour ; emportez-nous toujours plus loin et très haut dans les splendeurs des cieux.

    Que rien ne puisse jamais troubler notre paix, ni nous faire sortir de la pensée de Dieu, mais que chaque minute nous emporte plus avant dans les profondeurs de l'auguste mystère, jusqu'au jour où notre âme pleinement épanouie aux illuminations de l'union divine, verra toutes choses dans l'éternel Amour et dans l'Unité.

    Ainsi soit-il

    Marthe Robin 

  • Thérèse de Lisieux et la Grande Guerre (3)

    Textes tirés du livre : " Thérèse de Lisieux ou La Grande Saga d'une Petite Soeur " Auteurs : Bernard GOULEY - Rémi MAUGER - Emmanuelle CHEVALIER - Éditions Fayard 1997

     

    JEANNE ET THÉRÈSE, MÊME COMBAT

    81 à 83

    Dans le jardin du carmel s'élève une statue représentant un ange tenant dans ses mains une médaille de Thérèse. Sur le socle, une plaque de marbre : " Hommage de reconnaissance de soldats français et alliés, 1914-1916." Au milieu, un drapeau français et une croix. Les "poilus" qui ont offert cette statue n'étaient pas ingrats. Thérèse, il est vrai, leur avait apporté beaucoup.

    Pourquoi cette amitié vraie entre une religieuse cloitrée et des soldats ?

    "Thérèse est jeune, dit l'historienne Anne  Becker (La Guerre et la Foi, Armand Collin, 1994, lien ici); comme les soldats de la Grande Guerre souffrent, elle a souffert, elle s'est offerte comme eux s'offrent pour la patrie. Elle est aussi la "petite sœur" et ils ont tous une petite sœur qui est restée à l'arrière. Tout cela joue beaucoup. Thérèse est quelqu'un dont ils se sentent très proche... Dans la dévotion des soldats, Thérèse et Jeanne d'Arc - qui ne sont pas encore saintes - sont associées. On le voit dans la correspondance. Les soldats font tout naturellement comme si ces deux jeunes filles étaient déjà sur les autels. Ils les associent dans leur jeunesse et dans le sentiment de la patrie. D'autant que la guerre est réellement vécue par les soldats comme une passion, avec, pour les croyants, le sentiment d'un sacrifice. Ils s'offrent comme le Christ s'est offert, comme Thérèse s'est offerte... Jeanne d'Arc est une combattante, on la voit avec sa cuirasse et son épée. C'est à la pointe de son épée qu'elle aide les soldats de 1914 à tenir. Pas Thérèse, même si l'on baptise une escadrille et une batterie en son nom. Thérèse ne combat pas, elle prie et elle obtient des consolations pour ceux qui subissent les barrages d'artillerie ou les bombardements des batteries et des escadrilles d'en face. Tous les dessins de l'époque la montrent envoyant depuis le Ciel les rayons de grâces auxquels sont accrochées les roses qu'elle a promises. 

    Il est remarquable que le culte de Thérèse soit présent chez les soldats des deux camps. Les catholiques allemands et autrichiens commencent, dès les premières années du siècle à vénérer Thérèse. Ils continueront dans les tranchées. Le carmel ne possède évidemment pas de courrier de combattants des empires centraux comme celui envoyé par les Français, les Anglais, les Canadiens, les Belges ou les Italiens : les relations épistolaires étaient interrompues.

    La dévotion à Thérèse ne s'exprime pas de la même façon chez les Austro-Allemands et chez les Alliés. Chez les premiers, la piété est plus individuelle, plus secrète. Après tout, Thérèse appartient à une nation ennemie. Chez les Français, cette piété est plus collective, on insiste sur le fait qu'elle est comme Jeanne d'Arc, elle a donc une couleur patriotique que les Allemands, bien évidemment, ne lui donnent pas. Ce n'est qu'après la guerre et devant la mondialisation de sa renommée que les catholiques allemands multiplieront images et statues. Thérèse sera alors devenue universelle avant d'être française. Le culte de Jeanne d'Arc, qui existait en Allemagne avant 1914, disparaît complètement avec la guerre. Pour une raison évidente : c'est la sainte guerrière de la France. Alors que Thérèse, qui n'est pas guerrière, demeure dans la dévotion des catholiques allemands..."

    Une correspondance de mère Agnès montre que les demandes d'images formulées par les soldats "ennemis" ont 83 été transmises à Lisieux par la Croix-Rouge et qu'elles ont été satisfaites : " On nous demande, par la Suisse, des reliques pour les Allemands. Nous en envoyons volontiers car, devant Dieu, les âmes ne sont ni françaises ni allemandes. les unes et les autres sont précieuses aux yeux de Dieu " (6 mai 1915)

    A suivre...

  • Thérèse de Lisieux et la Grande Guerre (2)

    Textes tirés du livre : " Thérèse de Lisieux ou La Grande Saga d'une Petite Soeur " Auteurs : Bernard GOULEY - Rémi MAUGER - Emmanuelle CHEVALIER - Éditions Fayard 1997

     

    THÉRÈSE EST LA

    77

    Dans ce calvaire les  combattants ont besoin de compassion et d'amour. Thérèse va les leur prodiguer...

    "Il faut partir pour sauver la patrie, garder sa foi, lui conserver l'honneur." Signé : sœur Thérèse de l'Enfant Jésus. Telle est l'épigraphe d'une carte postale éditée en 1913 à l'occasion du congrès de la Jeunesse catholique de France qui se tient à Lisieux. Le document représente un groupe d'officiers et de soldats autour de la tombe de la petite carmélite. La presse de l'époque raconte qu'ils y chantèrent le Magnificat. Au cours de ce pèlerinage militaire, on peut aussi les imaginer entonnant l'un des cantiques en vogue composé par Charles Gounod : " Ils ne l'auront jamais, jamais l'âme des enfants de la France !" Puisque nous en sommes aux formules - nous dirions aujourd'hui aux slogans -, il faut citer d'autres paroles de Thérèse : " Je voudrais mourir sur un champ de bataille pour la défense de l’Église " ; " Je voudrais accomplir les œuvres les plus héroïques " ; " Je me sens le courage d'un croisé " ; " Ma pluie embaumée tombera sur l’Église militante afin de lui donner la victoire ".

    Il est évident que ces phrases n'ont aucune connotation guerrière. Il s'agit de la patrie du Ciel et du combat spirituel. (Du reste, Thérèse, dans ses écrits, ne fait jamais allusion à la politique.) Mais tous ces aphorismes sont utilisés entre 1914 et 1918 dans le contexte de la Grande Guerre. Le terrain est réceptif. " Toute guerre est une guerre de religion ", juge l'écrivain 78 Jacques Rivière (A la trace de Dieu, Gallimard, 1925). En 1915, récemment converti au catholicisme, il est prisonnier en Allemagne. Il s'emploie à convaincre ses camarades de captivité que la guerre a un sens et que ce sens, ils doivent le chercher en Dieu : " On fait la guerre pour une certaine manière de voir le monde. Qui ne serait prêt à se faire tuer plutôt que d'accepter de voir désormais le bien et le mal, le beau et le laid là où les voient les ennemis ? La guerre est un acte de foi, le sacrifice du martyr."

    Dans toute l'Europe, le conflit est vécu comme une épreuve à forte tonalité religieuse, y compris par les incroyants. La guerre brasse des populations de toutes origines et favorise un regain de piété. Sur le front, cette "grande ligne mystique au long de laquelle coule tant de sang" (Père Dominique Dupouey, Lettres et Essais, Éd. du Cerf 1935), se lève une vague de spiritualité, relayée naturellement à l'arrière. "En ces temps d'incertitude, analyse l'historienne Annette Becker, où le quotidien est transformé par l'absence des êtres chers...on a besoin de ces franges spirituelles où des manifestations sacrales (culte des saints et des reliques, pèlerinages...) apportent des réponses immédiates." Dans son étude très complète sur le sujet, cette spécialiste de la Première Guerre mondiale intitule un de ses chapitres : " A quel saint se vouer dans cet enfer ? " Thérèse est au nombre de ces saints-là. Considérable est le nombre de lettres de soldats reçues à Lisieux pendant la Grande Guerre. Certaines ont été publiées par les carmélites, qui n'ont choisi, dit la préface du recueil, qu' "une ou deux interventions du même genre, car on ne compte plus les balles arrêtées par une relique, une médaille ou une brochure de sœur Thérèse. Beaucoup des correspondants joignent à leur lettre, à titre de témoignage, l'image déchirée par un projectile qui les a protégés. Un exemple de ces humbles témoignages de combattants : " Au cours d'une attaque où je me suis trouvé en très mauvaise posture, 79 une balle de mitrailleuse a traversé mes vêtements, mes poches de capote, de vareuse et de pantalon. Mon caleçon était également troué...mais je n'avais aucune égratignure. L'image de sainte Thérèse que j'avais dans mon portefeuille m'a protégé..."

    Une autre lettre envoyée par un prêtre brancardier et publiée dans La Semaine religieuse de Bayeux le 3 janvier 1915, raconte que le 6 septembre 1914 - premier jour de la bataille de la Marne et de la contre-offensive des armées françaises et anglaises qui battent en retraite depuis 6 semaines - l'unité sanitaire à laquelle il appartient adresse une prière à Thérèse : " Obtenez-nous d'être victorieux dès aujourd'hui... Nous avons avancé de cinq kilomètres.... J'avais depuis longtemps le désir très vif de voir des boches (c'est le surnom universel des allemands dans l'armée française). Je vous assure que ce soir-là, mon voeu a été exaucé. J'en ai vu, des Allemands, des centaines et des centaines, des morts et des blessés... et ceux que les obus n'ont pas blessés, mais que le fracas de l'explosion a rendus comme fous, insensibles, réduits à l'état de choses insensibles, inertes."

    Un lien postal permanent s'établit entre les combattants qui demandent prières, images et reliques et le carmel qui se fait un devoir de les envoyer. Le nombre de requêtes, déjà important en 1915 - cinq cents lettres par jour - s'accroît encore en 1916 : c'est l'année de Verdun et de la Somme. La quasi-totalité de ces lettres ont été conservées par les carmélites, qui répondaient à chacune d'entre elles ; elles remplissent cinq volumes. Une partie a été publié sous le titre Quelques Extraits des nombreuses lettres reçues au carmel de Lisieux pendant la guerre. La couverture du livre représente un champ de bataille. Thérèse, de dos, est au premier plan, élevant les mains vers des blessés et des morts qui gisent devant elle, à sa gauche un canon de 75, dont les servants se reposent, l'un d'eux lisant l'Histoire d'une âme, au loin la bataille, avec en fond, plusieurs églises en flammes, dont la cathédrale de Reims. Sur  ce spectacle  de 80 fureur une pluie de roses tombe du Ciel à l'appel de la carmélite.

    Le dessin a été probablement inspiré par sa sœur Céline mais il est l’œuvre de Charles Jouvenot, "dessinateur officiel" de l'iconographie thérésienne  à ses débuts. Depuis la fin de 1914, on a entrepris d'illustrer quelques-unes des scènes décrites dans les lettres-témoignages. De vrais reportages de guerre au fusain ou à la plume. Ainsi découvre-t-on les histoires de l'officier allemand mourant consolé par sœur Thérèse, du soldat français qui, dans la tranchée, voit apparaître Thérèse, du blessé qui montre aux brancardiers comment une image de Thérèse l'a sauvé, de l'aviateur qui survit à son avion en feu, de la voiture arrêtée au bord d'un ravin par Thérèse en personne... et de bien d'autres, car les témoignages sont innombrables. Céline est, à sa manière, une pionnière de la bande dessinée. 

    On découvre aussi l'existence d'une batterie "sœur Thérèse"et d'une escadrille qui est placée sous la protection de la carmélite. Près de la batterie, sœur Thérèse bénit les combattants et la légende précise : " Avec l'aide de sœur Thérèse nous serons toujours protégés, ou, du moins, assurés de mourir en paix..." Quant à l'escadrille, un de ses aviateurs en a fait la chronique : " Chez nous un avion mis hors de combat était immédiatement remplacé : l'avion Sœur Thérèse est mort, vive l'avion Sœur Thérèse ! Car en vérité, l'équipage sort toujours indemne des accidents les plus périlleux. Dans la nuit du 24 mars, l'avion Sœur Thérèse ne "loupe" pas la gare de Saint-Quentin qu'il assomme des huit obus de 155 qu'il a emportés..."

    On apprendra après la guerre comment Thérèse a fait libérer des otages pris par les troupes allemandes à Dinant, en Belgique, comment elle a accompagné Louise de Bettignies jusqu'à la mort. Cette jeune Lilloise qui voulait entrer au Carmel, avait travaillé pour l'Intelligence Service en zone occupée. Condamnée à mort, elle écrit quelques jours avant son exécution : " J'ai découvert que ce temps de prison était un excellent noviciat... N'est-ce pas le moment de vivre la prière 81 d'oblation de la petite sœur Thérèse ?  Cette chère sœur me tient compagnie... Ajoutez-y le Christ, vous connaîtrez mes compagnons de  cellule.

     

    A suivre...

     

    lien ici pour vous procurer ce livre