compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thérèse et la Grande Guerre (4)

Textes tirés du livre : " Thérèse de Lisieux ou La Grande Saga d'une Petite Soeur " Auteurs : Bernard GOULEY - Rémi MAUGER - Emmanuelle CHEVALIER - Éditions Fayard 1997 (lien ici)

 

L'UNION SACRÉE

 

83 à 84

 Jeanne d'Arc et Thérèse ne se contentent pas d'adoucir les souffrances des "poilus" - et de soutenir leur moral. Elles sont aussi le symbole de la réconciliation française. 1914 efface trente ans de luttes religieuses. Même des incroyants anticléricaux militants entretiendront un culte laïque et patriotique pour Jeanne d'Arc.

Les catholiques se sentaient vraiment mis à l'écart de la communauté nationale, de la République. C'étaient des exilés de l'intérieur, des citoyens mineurs. Cette communauté nationale se refait dans les tranchées. C'est charnel : catholiques et anticléricaux souffrent et meurent dans la même terre de France. Les curés sont sac au dos. Ils combattent, ils sont brancardiers, infirmiers, ils confessent et donnent les sacrements. Leur intégration est totale. 

" Cette guerre, dit encore Annette Becker, est une guerre d'un très grand consentement patriotique et il est normal que l’Église catholique en prenne sa part, d'autant que les pertes vont être, dès le début, effroyables et que le culte des morts - important dans le catholicisme - va se mêler à celui de la patrie. Ce n'est pas pour rien que Raymond Poincaré utilise le mot "sacré" ("Union sacrée") pour définir ce moment de la conscience française. Le vocabulaire est d'ordre spirituel. La défense de la patrie est l'affaire de tous, opinions politiques et religieuses confondues. Cette dimension spirituelle, tout le monde va en avoir besoin, au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans le massacre. Ceux qui appartiennent à une religion - catholiques, protestants ou juifs - connaissent une véritable renaissance de leur pratique, ceux qui ne pratiquaient pas avant la guerre mais qui avaient un fond de culture religieuse  se disent qu'après tout le spirituel peut les aider.

On trouve là une approche un peu utilitaire de la religion que l’Église ne voit pas d'un œil très favorable : on n'est pas loin de la superstition. Et il est vrai que certaines choses sont confuses : pour eux la médaille doit les protéger quelle que soit leur croyance. On peut accrocher indifféremment dans un abri une médaille du Sacré-Coeur ou un fer à cheval...ou les deux ensemble...

Il y a aussi les pratiquants d'avant-guerre, nombreux chez les officiers, autour desquels se produisent des brassages spirituels au profit de la foi et d'un certain retour à la pratique religieuse. Beaucoup de lettres reçues par le carmel mentionnent des exemples de conversions.  Nombreux sont les cas où l'on voit des soldats ne s'étant jamais intéressés à la religion et qui, pensant avoir été protégés de façon extraordinaire dans un moment périlleux, s'entendirent par un camarade que c'est grâce à la "petite sœur". Ceux-là prennent l'habitude de recourir à Thérèse."

A suivre...


 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.