compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thérèse de Lisieux et la Grande Guerre (5)

Textes tirés du livre : " Thérèse de Lisieux ou La Grande Saga d'une Petite Soeur " Auteurs : Bernard GOULEY - Rémi MAUGER - Emmanuelle CHEVALIER - Éditions Fayard 1997 (lien ici)

 

 suite du post 4

 

 

84 à 86

Le carmel veille sur tous les "fronts"...

Mère Agnès et ses filles poursuivent les missions qui sont les leurs. Mission spirituelle : célébrer Dieu dans les offices, méditer sa parole, prier... Mission plus matérielle : répondre au courrier, envoyer les images dont les demandes sont de plus en plus nombreuses, veiller sur les éditions de l'Histoire d'une âme et de sa version abrégé, suivre les progrès de la cause à Rome...

Même séparées physiquement du monde, isolées dans leur clôture, les carmélites "vivent" cette guerre interminable. En témoignent ces extraits de lettres de mère Agnès (cités par Jean Vignatier dans son livre Mère Agnès de Jésus). Le 30 avril 1915, la prieure écrit à Mgr de Teil : " Quelle triste guerre et comme elle est longue ! J'ai reçu hier la lettre du colonel qui a consacré son régiment à sœur Thérèse. Il me dit : " Ici, dans un bois dont on parle beaucoup et tout imprégné de sang français, nous avons l'intention d'élever une petite chapelle au Sacré-Coeur ; mon intention est de faire figurer sur un vitrail l'image de notre admirable petite sainte. Cette chapelle sera élevée avec le sou de mes soldats et les offrandes de mes officiers." En attendant, j'envoie au colonel les trois mille reliques qu'il attend et j'y joins une petite brochure pour chaque soldat. Si cela continue, l'imprimerie Saint-Paul ne pourra pas suffire. "

Six jours plus tard - la veille du torpillage du Lusitania par les sous-marins allemands qui causa la mort de 1198 personnes, dont de nombreux citoyens américains -, mère Agnès s'adresse au père Rodrigue de Saint-François-de-Paule, le postulateur : " Ici les pèlerinages des soldats et des pauvres blessés ne discontinuent pas. Un petit soldat de 18 ans m'écrivait hier : " Comme je suis heureux d'être à Lisieux ! Quel bonheur de pouvoir m'agenouiller sur la tombe de sœur Thérèse où je vois toujours un nombre considérable de soldats !..." Et beaucoup de jeunes gens, même les plus grossiers, désirent connaître sa vie."

La prieure ne manque pas, dans ses entretiens individuels avec ses "filles" et dans les réunions de chapitre, d'évoquer la guerre. L'arme des carmélites, ne cesse t-elle de répéter, c'est la prière. " Ne cessez pas vos oraisons, qui sont notre grâce particulière." Il faut prier sans cesse, prier pour tous les soldats, pour tous ceux qui souffrent, pour le pape Benoît XV, qui a succédé à Pie X - mort le 28 juillet 1914 - et qui est déchiré entre les belligérants puisqu'il y a des catholiques dans les deux camps.

De cette guerre si intensément vécue au carmel, mère Agnès tirera quelques leçons spirituelles au chapitre de la communauté le 20 décembre 1918, un peu plus d'un mois après l'armistice : " Les événements actuels pourraient nous tromper sur le sens véritable de la paix, apportée au monde par la naissance de Jésus. La paix, nous dit-on, sera signée dans quelques mois et nous sentons que notre paix, à nous, ne sera signée qu'au ciel...les anges n'ont pas menti en annonçant la paix sur le berceau de l'Enfant Jésus... La paix est pour nous dans l'accomplissement fidèle de nos obligations... Chacune de ces moindres pratiques nous fait faire comme un pas en avant, non pas vers ces entrées triomphales dans les villes reconquises, mais vers des âmes que notre victoire cachée et sans gloire...rend au Dieu de la paix."  

 

Les commentaires sont fermés.