compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3e Dimanche de Carême - année B -

Elle ne s'attendait pas à cette rencontre, elle n'y était pas préparée.  La Samaritaine rencontre au puits de Jacob Jésus fatigué par la route. Elle trouve quelqu'un, un juif, qui lui demande à boire. Cela surprend car les Juifs n'ont rien en commun avec les Samaritains. Et Jésus lui dit : " Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te demande à boire, c'est toi qui l'aurait prié et il t'aurait donné de l'eau vive ". C'est le Seigneur qui a l'initiative. C'est le Seigneur qui pose le premier les questions.  C'est lui qui oriente tout le débat et qui oriente toute la conversation. Il veut dévoiler à cette samaritaine le mystère de Dieu.

De plus, il veut qu'elle se découvre elle-même dans son propre mystère. Il veut donner à cette femme de l'eau, l'eau de la vie éternelle. Il veut lui donner ce qui deviendra en elle source jaillissant en vie éternelle c'est-à-dire ce mystère de l' Esprit qui est au cœur de notre vie, nous transforme et nous transfigure.

Le Seigneur n'hésite pas à entrer au cœur de la vie de cette femme en lui demandant : " Va, appelle ton mari et reviens ici ". La femme lui répondit : " Je n'ai pas de mari ". Le Christ lui répond : " Tu as bien fait de me dire que tu n'as pas de mari car tu as eu cinq maris et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari." Le Seigneur pénètre dans le cœur de cette femme, le met à nu et lui dévoile ce qu'elle est. Elle est en recherche du mystère de Dieu et ne le sait pas. C'est le Seigneur qui lui dévoile le chemin devant elle et qui va lui donner de comprendre qu'il est le Sauveur du monde.

Il y a dans la vie de cette Samaritaine tout notre mystère. Chacun de nous est appelé par le Seigneur à son heure, comme il lui plaît. Nous sommes, nous aussi, interrogés par le Seigneur, mis en cause par lui, et nous avons à lui répondre. La rencontre doit être aussi décisive que pour la Samaritaine car le Seigneur dit tout à cette femme. Il lui dit qu'il est le Messie : " Je le suis moi qui te parle". Une allusion au "Je Suis" de l'Exode, le nom de Dieu. Cette femme c'est notre modèle à tous.

Nous sommes entrés dans ce mystère de rencontre avec le Seigneur et il faut que cette rencontre soit toute nouvelle. Il faut que nous découvrions le Seigneur de l'intérieur, comme il est, et que nous apprenions à l'adorer en esprit et en vérité. Voilà ce que le Seigneur veut nous apprendre.

Ce n'est pas nous qui pouvons le faire. Tout dépend du Seigneur, tout dépend de sa prévenance qu'il faut recevoir. Nous avons à être dociles à l'inspiration de l' Esprit, nous avons à nous laisser guider par les événements, par le Christ qui se manifeste à nous selon la façon qui correspond à chacun d'entre nous, selon notre vocation aussi différente de la vocation de notre voisin. Le Seigneur nous demande de nous ouvrir à sa rencontre qui nous dévoile le mystère de l'adoration du Père. 

Adorer en esprit et en vérité c'est-à-dire dans le Christ vivant. Pour cela, nous avons à découvrir le visage du Christ qui passe par-delà tous les tabous, par-delà tous les interdits. Il sait bien que parler à la Samaritaine est pour les Juifs un scandale. Mais il veut rencontrer cette femme, il veut que son mystère éclate dans ce cœur. Il éclate tellement que cette femme va dans la ville dire et proclamer que le Messie est là  : " il m'a  dit tout ce que j'ai fait". 

Aimer Dieu c'est le rencontrer comme cette Samaritaine qui reconnaît son Seigneur et va rassembler les gens de la ville pour le leur dire  : elle devient, par le fait même, missionnaire.

Demandons au Seigneur d'entrer dans son cœur qu'il nous ouvre. Il veut nous donner sa vie, il veut nous donner son Esprit, car l'eau vive c'est la vie, c'est l'Esprit. Le Christ a crié lors de la fête de la Dédicace : " Si quelqu'un à soif qu'il vienne à moi, et qu'il boive celui qui croit en moi." (Jn 7,37) Demandons au Seigneur de puiser cette eau vive qui jamais ne s'épuise, cette eau qui est le mystère de Dieu même. Les champs sont blancs et deviennent prêts pour la moisson. Le Seigneur le sait : il envoie ses disciples et les forme.

Demandons au Seigneur de nous révéler ce qu'est une rencontre avec lui : chacun a son heure, l'heure où se joue tout une vie. Si cette heure est déjà passée, renouvelons cette grâce par la parole toute nouvelle. Si l'heure de notre vie est là, acceptons que nos cœurs se brisent et se broient pour entrer dans le mystère de Dieu, y être fidèles et toute attention à lui. Laissons le Seigneur nous déconcerter comme la Samaritaine. Le Seigneur est déconcertant parce qu'il ne prend pas nos chemins, parce qu'il invente des chemins nouveaux pour que nous le rencontrions et que nous soyons avec lui. L'Esprit-Saint est la demeure d'amour du Père et du Fils : entrons dans cette demeure et quelle soit le cœur de notre vie. Que tout nous soit donné au cœur de cette rencontre; Que toutes nos activités en soient illuminées et que cette rencontre nous transforme. 

Ensemble nous prierons pour toute l’Église, nous prierons pour être tous capables de témoigner devant nos frères que le Seigneur est le sauveur du monde, le Seigneur vivant et vrai. Amen !

 

Texte tiré de " Seigneur, rien n'est plus vrai que Ta Parole. Méditations et homélies dominicales pour l'année B "  de Marie-Joseph Le Guillou. Éditions Parole et Silence

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.