compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Artisanat de la Parole (7) : écris !

Depuis l'organe central, la Parole, entamant la deuxième phase (...) gagne maintenant l'organe donateur qui est la main. Si la Parole ne va pas jusqu'à la main, le cycle n'est pas complet ; cet aboutissement à la main est nécessaire à la plénitude anthropologique de la lectio, puisque aussi bien rien n'est pleinement humain qui ne passe par la main de l'homme. Prêtons alors attention à l'impératif catégorique qui est donné à l'auteur de l'Apocalypse, encore lui : J'entendis une voix me dire, du ciel : Ecris ! (Ap. 14,13) La voix ne dit pas : " regarde ! " ou encore  " écoute ! " mais : " écris !". Ce verset de l' Ecriture nous fait voir l'Ecriture, pour ainsi dire, in fieri, dans l'acte même qui la constitue. Qu'est-ce que le voyant va écrire, en effet, sinon l'Ecriture même ? Et nous, avons-nous songé à l'importance, à la solennité de l'acte physique, matériel et concret d'écrire, dans le processus complet de notre lectio divina ? Pourquoi reste-t-il si souvent si peu de notre lectio dans notre coeur, après que nous l'avons finie ? Parce que nous n'avons rien écrit, parce que nous ne sommes pas allés jusqu'à l'écriture, parce que la Parole ne nous est pas venue en main. Nous avons amputé quelque chose de notre humanité, et c'est pourquoi la Parole n'a pu nous atteindre pleinement. Tout l'homme doit prendre Parole. Le propore de l'Ecriture de Dieu, c'est de susciter la nôtre, comme réponse humaine ; humaine parce que manuelle. Elle répondra, dit Osée de l'épouse-Israël. La main est l'auxiliaire de la mémoire, cette Mémoire dont nous avons souligné à l'envi l'importance. C'est ainsi que le cycle intégral de la lectio va de la Main à la main, de la Main de Dieu à la nôtre, de la Main qui nous écrit de la part de Dieu à notre main qui répond à Dieu... et pour donner à autrui. Réalisons un instant ce qui nous manquerait si les Pères et les géants de la lectio divina n'avaient rien écrit. Ecrire, c'est faire charité. Dans la mesure où elle va jusqu'à mobiliser en nous la main, la lectio atteint d'autre part à la noblesse d'un véritable " travail manuel quotidien", de ce travail auquel Benoît lui-même l'associe  étroitement, puisqu'il traite du travail et de la lectio sous un seul chef : de opera manuum cotidiana (Cf. Reg. Ben., chap. XLVIII) 

  

François Cassingena, Lettre sur la Lectio divina  

F. Cassingena est moine à l'abbaye de Ligugé.

Ses livres (en particulier Etincelles I, II et III) peuvent être commandés en ligne : http://www.europart-diffusion.com/f/index.php?sp=coll&collection_id=4

Les commentaires sont fermés.