compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

durer dans la prière

  • Préliminaires à la prière - 06

    Si "les yeux du Seigneur sont ouverts sur les justes" (Ps 100,6), ses oreilles ne sont point fermées "à ceux qui crient vers lui nuit et jour" (Lc 18,7). 

    Pour chasser les distractions, pour secouer l'indolence de l'âme, peut-être serait-il bon, selon le conseil de sainte Thérèse d'Avila, de s'adresser au Seigneur, à mi-voix ; de le traiter, dès le début de l'oraison, comme un interlocuteur authentique et d'entamer avec Lui un dialogue. Ce qu'il faudra exprimer surtout avec vigueur, c'est sa foi en ce Dieu qui met tout son sérieux à nous écouter. "Seigneur, je suis certain que vous êtes là à me prêter l'oreille." 

    A ce propos, notons en passant combien le mot "croire", en français moderne, s'est affadi. Dire "je crois qu'il fera beau demain", n'est pas avancer une certitude absolue. Aussi dans le langage de l'oraison, vaudrait-il mieux lui substituer des expressions synonymes, par exemple : " Seigneur, je suis sûr de Vous, je suis absolument convaincu de Votre Présence, je m'appuie ferme sur Vous, je compte sur Vous, etc..."

    Ces paroles, ou de semblables, proférées à mi-voix, répétées plusieurs fois avec insistance procurent un double avantage : elles sont déjà une prière au vrai sens du terme, elles aident à délivrer l'âme , à rompre  les attaches qui la rivent  à tant d'objets étrangers, à la larguer vers le Seigneur. Là encore point de hâte. Il faut parler  lentement, laissant de brefs silences se couler au milieu de ces cris venus des profondeurs. Peu à peu j'en viendrai à me trouver seul avec Celui qui m'accorde une attention éternelle et "ma clameur sera entendue dans les hauteurs" (Is 58,4).

     

    Remarque :

    Il ne suffit pas  de se placer sous le regard de Dieu au début de l'oraison. L'expérience nous démontre, surtout lorsqu’il s'agit de durer longtemps dans la prière, combien les préoccupations, les froissements de l'amour-propre, voire les tentations remontent progressivement à la surface et, trompant la vigilance de l'âme, envahissent le champ de la conscience, comme une herbe tenace. Impossible de retrouver la limpidité de l'attention, la vivacité de la foi à travers laquelle Dieu pourrait se laisser voir. Au cours de l'oraison, il conviendra de  recommencer souvent ces remises sous les yeux du Seigneur - plus courtes, plus ardentes ou plus calmes selon la grâce - maintenant l'intention du cœur dans la vérité.

    "Mettez-vous en présence de Dieu par un acte de foi qu'il faut renouveler de temps en temps pendant le cours de l'oraison" (Rigoleuc). Si l'on tourne à vide, si l'on est miné de distractions, si la sécheresse règne, ces actes constitueront  la trame de notre prière. Rien ne sera perdu, puisque notre bonne volonté de croyant nous aura rendu agréable au Maître Souverain : " Sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu" (Heb 11,6)

    Pour nous mettre à la disposition de notre Créateur et Seigneur, croire en Sa Présence paraît primordial. De cette intensité  dans l'application, de cette vigueur dans l'effort initial, la plupart du temps, dépend sinon la réussite, du moins la qualité de notre rencontre avec Dieu. La grandeur de Celui dont le regard nous cherche, et dont l'oreille nous écoute, explique qu'on accentue l'importance de notre premier pas vers Lui.

                              

                                            A suivre....

    Pierre Lauzeral- Préliminaires à la prière

     

  • Car toujours dure longtemps

    202. (...) Ecoutons le reproche adressé par le Seigneur à ceux qui se prétendent ses fidèles :

    "Votre amour ressemble à la nuée matinale,

    A la rosée qui se dissipe de bonne heure." (Osée 6,4)

    Autrement dit : vous commencez, et vous ne durez pas ; vous venez, et vous repartez. Assiduité d'un matin, ou tout au plus d'un jour !

    Il n'est pas difficile, en effet, de dire : " Je t'aime." La difficulté commence quand on dit : "pour toujours", et surtout lorsqu'il s'agira de le réaliser. Car "toujours" dure longtemps. Tant que l'attrait exercé par l'aimé demeure vif, on reste attaché à lui sans effort ni peine. Mais pour que l'attrait ne diminue pas à mesure que se révèlent "les réalités de l'existence", celui qui aime devrait pouvoir le renouveler, pour le maintenir au moins dans sa teneur initiale. Artifice de l'amour ? Non, mais tout simplement vérité. Car ce qui hier vous attirait avec raison mérite de vous attirer encore aujourd'hui, si vous avez la force de vous élever du caprice à la fidélité, des récriminations aux 203 mélodies.

    Personne ne voudrait dire : " Je ne puis aimer "; mais chacun risque d'en arriver, un jour  ou l'autre, à dire : "Je ne puis plus l'aimer." Car, pour aimer toujours un même objet, il faut avoir une source au fond de l'âme. Il faut, à la fois, la force de se souvenir et la force de créer. Il faut inventer chaque jour ce qui doit durer chaque jour. Aimer peut être, parfois, une faiblesse; mais durer dans l'amour ou l'amitié est toujours une générosité, une victoire.

    "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu " : ce précepte n'ordonne rien de particulièrement ardu. Mais que, durant toute la durée de notre existence, chaque jour il s'impose, toujours pareil, voilà qui devient un tour de force. Pour réussir ce tour de force, peut-être suffirait-il de très peu ? Comme il en faut très peu pour entretenir un feu de bois dans la forêt. Pourtant ce peu dépasse nos forces. Si donc l'attrait de l'amitié divine perd de sa vivacité, si la noire malice de la monotonie nous accable, il n'y a qu'un moyen de dépasser le plat et de se remmetre dans la montée : la prière. Par conséquent, pour durer dans l'amitié divine, il faut durer dans la prière.

    Père Jérôme, Ecrits monastiques, Ed du Sarment, 2002 ISBN - 2-866-79343-9

    http://www.alapage.com/m/ps/mpid:MP-C4620M1727221#moid:MO-C4620M3119227

    http://www.abbayedeseptfons.com/index_fichiers/histoire.html