compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

XIII - Jésus est descendu de la Croix

De l’Évangile selon saint Jean 

 

Or de peur que les corps ne demeurassent à la croix le jour du sabbat, parce que c'en était la veille et la préparation, et que ce jour était le grand jour du sabbat, les Juifs prièrent Pilate qu'on leur rompît les jambes, et qu'on les ôtat de là. 

Il vint donc des soldats qui rompirent les jambes au premier, et de même à l'autre qu'on avait crucifié avec lui.

Puis étant venus à Jésus, et voyant qu'il était déjà mort, ils ne lui rompirent point les jambes ;

Mais un des soldats lui ouvrit le côté avec une lance, et il en sortit aussitôt du sang et de l'eau.

Celui qui l'a vu en rend témoignage, et son témoignage est véritable ; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous le croyiez aussi.

Car ces événements se sont réalisés, afin que cette parole de l'Ecriture fût accomplie : Vous ne briserez aucun de ses os.

Il est dit encore dans un autre endroit de l'Ecriture : Ils verront celui qu'ils ont percé. 

Après cela Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret, parce qu'il craignait les Juifs supplia Pilate qu'il lui permît d'enlever le corps de Jésus; et Pilate le lui ayant permis, il vint, et enleva le corps de Jésus.

(Jn 19, 31-38)

 

 

 

Méditation

 

Tout est accompli !

Ton regard, Seigneur,

qui a baptisé la terre,

ton regard qui éternise

et qui a revêtu d'une lumière nouvelle

les êtres et les petites choses de la vie,

ton regard n'est plus. 

 

Tout est accompli !

Ils sont fixés pour toujours,

ils ne sortiront plus de la mémoire humaine

ceux que tu as rencontrés

dans la parabole de ta vie :

l'apôtre et le miséreux,

le jeune homme riche

et la femme du puits de Jacob,

Pilate qui se lavera les mains

jusqu'à la fin des temps,

Caïphe le doigt levé

pour énoncer les mornes sentences 

de toutes les sagesses pourries

par l'avarice du cœur.

L'aveugle qui a vu son visage

monter du fond des eaux,

Lazare debout

échappé aux griffes molles des ténèbres,

Marthe qui n'avait pas une minute à elle,

et sa sœur contemplative

qui avait choisi la meilleur part.

Nicodème qui aurait bien voulu comprendre,

et le centurion qui ne doutait pas. 

 

Tout est accompli !

Ton corps transpercé,

détaché de la croix,

glisse dans les bras de ta mère,

de Jean le fils que tu lui as légué,

de Madeleine auprès d'eux

qui brûle comme une torsade de douleur.

O Marie !

Etre bénie entre toutes les femmes,

cela signifiait donc

qu'il te serait tout demandé

de subir, de savoir et d'accepter.

 

Tout est accompli !

Sur la terre des suppliciés

où le monde se donne la mort en spectacle.

Il n'y a plus autour de toi

que ces trois êtres immenses,

qui rayonneront jusqu'à la fin des jours,

et qui te pleurent,

O Christ,

irruption de lumière enfuie...

 

A.F

 

 

Prière

 

Voilà donc Seigneur, la réponse à l'amère question : pourquoi souffrir ? La sagesse humaine reste confondue. La croix seule apporte la réponse...Oui, je crois, j'ai confiance. 

+R.G

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.