compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VI - Véronique essuie le visage de Jésus

Du livre du prophète Isaïe (53, 2-3)

Il est sans beauté et sans éclat ; nous l'avons vu, et il n'avait rien qui attirât l’œil, et nous l'avons méconnu. 

Il nous a paru un objet de mépris, le dernier des hommes, un homme de douleurs, qui sait ce que c'est que souffrir. Son visage était comme caché. Il paraissait méprisable, et nous ne l'avons point reconnu. 

 

 

 

 

Méditation d'André Frossard

 

 

 Sainte Véronique,

toi qui eut le courage de braver

la meute attachée aux pas du Christ ,

et de franchir l'invisible frontière

qui sépare le condamné du reste des vivants,

donne-nous, à nous aussi,

le courage de reconnaître et d'approcher

la Vérité, 

offensée, méconnue et bannie

de la société des hommes. 

 

Toi qui, dans les cris de la cohue

qui ne comprenait rien à sa propre fureur,

n'entendit que l'invincible murmure 

de ta pitié,

empêche-nous de rester sourds

à la plainte de ceux qui vont mourir.

 

Véronique, toi qui as pris entre tes mains

la face du Sauveur,

dans un geste dont la tradition 

n'a jamais oublié la beauté,

pris pour tes frères de la suite des temps,

aie compassion de leur faiblesse, 

de leur peu de foi et d'amour,

toi qui ne connaissais pas la crainte,

et qui, en courant essuyer de ton voile

le sang et la sueur de la souffrance,

recueillis le visage meurtri

de la divine charité.

 

A.F

Seigneur, que votre cœur est fort et tendre. Aidez-moi à ne pas toujours penser à moi. Je ne dois pas devenir exigeant. Je ne dois pas tomber sur les autres ni empoisonner leur joie sous prétexte que je suis dans une passe difficile. Apprenez-moi  à voir les menues attentions de la charité, à penser aux autres. Montrez-moi la manière de gagner leur confiance, la façon de leur dire une bonne parole, de les consoler, de les réconforter, de les aider.

+ R.G

 

Les commentaires sont fermés.