compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pape François

Voici un extrait de l'entretien avec Christan Bobin, écrivain (je devrais dire "artisan en écriture"), paru dans la Croix du 16 et 17 mars. 

A la question : Que pensez-vous du choix de ce nom de pape (voir note) ? Voici ce que Christian Bobin  répond :

Un prénom est une force endormie posée sur le crâne du nouveau-né. Très souvent, les personnes ressemblent à leur prénom qui leur donne une orientation inconsciente, comme clandestine. L'homme qui vient de naître sous nos yeux, puisque c'est naître que de prendre un autre prénom, est déjà poussé par le choix qu'il vient de faire lui-même. Ce pape François dégage une autorité que nous découvrirons peu à peu. J'ai souri en voyant cet homme réussir, par une prière, à imposer le silence à toutes les télévisions du monde. Ce sourire est resté longtemps en moi. L'humilité patente de son discours et de ses premiers gestes n'est pas contradictoire avec une grande force. Le message de François d'Assise demeure le rêve d'une fraternisation avec d'autres civilisations. C'est aussi le rêve d'une langue si juste qu'elle se hisse au sommet de la poésie. Le Cantique des Créatures de François d'Assise est l'un des plus beaux joyaux de la poésie de tous les temps. N'oublions pas qu'il tutoie sa soeur la mort à la fin. N'oublions pas non plus ce langage ouvert aux animaux, aux éléments, au ciel, ni cette manière de tout rassembler, le murmure du tremble, le petit cri de panique d'une buse qui s'envole à notre venue, la prière désespérée pour les pauvres et les enfants. Il est heureux qu'un pape prenne ce nom-là. Comme s'il relevait un défi. Comme s'il relançait la partie. 

 

Note : Le cardinal Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, a été élu Pape et a pris le nom de François ce mercredi 13 mars 2013.

 

  

Commentaires

  • Olivier,

    Merci de ton bel article. J'ai toujours regretté que si peu de saints osent étendre leur amour aux animaux. Prêcher devant les animaux, quelle audace pour un chrétien ! J'espère que le pape François sera aussi audacieux que François d'Assise ; j'espère qu'il trouvera les mots justes afin que les élites soient partout plus généreuses et pacifiques.

Les commentaires sont fermés.