compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Artisanat de la Parole (5) : bûcher sa lectio jusqu'à la blessure du coeur

Ce serait une illusion de croire que la lectio est quelque chose de facile, de toujours facile. Sa difficulté tient à la difficulté de Dieu même. Certes, et nous le dirons tout à l'heure à l'envi, la lectio relève de l'otium et comporte un caractère très sérieusement ludique, mais elle est aussi un exercitium ; elle est notre Grand exercice, un Exercice qui ne dure pas trente jours seulement, mais tous les jours de notre vie. Nul doute que par bien des aspects la lectio ne fasse partie de toute la dimension ascétique de notre vie et, pour être très cachée, très subtile, cette ascèse de la lectio n'en est pas moins réelle. C'est dans la lectio en effet, en tant qu'activité plénière et synthétique, que se vérifie le critère essentiel de notre vocation : si revera Deum quaerit. L'acquisition d'un minimum d'outils intellectuels et d'une méthode exige sans doute un effort, mais la difficulté majeure réside ailleurs, bien au-delà de tout ce qui apparente la lectio divina à une discipline profane, à ces disciplines profanes qu'elle se subordonne à l'occasion pour n'en prendre que mieux son élan : la vraie difficulté pour nous, c'est de parvenir jusqu'à la difficulté inhérente à l'Ecriture, jusqu'à l'argument, jusqu'à la question, jusqu'au tranchant que chaque parole vive recèle et dont la distraction, la routine, l'inappétence spirituelle émoussent si souvent en nous la perception. Ce qui réclame de nous un effort, c'est d'aller jusqu'à ce débat inévitable de Dieu avec nous, jusqu'à ce point où la Parole nous fait mal et nous arrache un cri qui est tout ensemble d'émerveillement et de douleur : la lectio authentique débouche sur la componction du coeur, le penthos. Notre lectio est paresseuse et rémittente si, pour finir, nous ne nous blessons pas tout de bon avec la Parole, si nous ne nous laissons pas blesser par elle.  

 

François Cassingena, Lettre sur la Lectio divina  

F. Cassingena est moine à l'abbaye de Ligugé.

Ses livres (en particulier Etincelles I, II et III) peuvent être commandés en ligne : http://www.europart-diffusion.com/f/index.php?sp=coll&collection_id=4

Les commentaires sont fermés.