compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

psaume 6

  • Psaume 6 Je n'en peux plus

    Introduction au psaume :

    Le bord  de l'abîme. L'ennemi nous pousse.  Nos passions nous afffolent : c'est le vertige, celui des sens, celui de l'orgueil. C'est l'extrême détresse  encore un pas et c'est fini. Dieu peut-il encore avoir pitié ? Non, il n'est pas possible que Dieu achève ce que le mal a commencé. Il nous laisse la grâce de la prière. Celui qui simplement n'en peut plus est perdu : celui qui dit à Dieu qu'il n'en peut plus est sauvé.

    On pense à Jésus à l'agonie.

    On pense à tant d'hommes faibles dans ce monde pourri ; à tant d' hommes de bonne volonté chez qui la foi et la vertu ne tiennent qu'à un fil. S'ils pouvaient, s'ils savaient prier !  Nous prions pour eux, nous prions en leur nom.

    Quelle douceur bouleversante, quelle ardente espérance peuvent porter ces strophes, quand un chrétien les dit pour celui qui va couler, pour tant d'hommes à chaque instant au bout de leurs forces.

    Leur angoisse est la nôtre.

    Notre espérance sera la leur dans le Christ qui unit et qui sauve.

                                              ***

     

    Seigneur, corrige-moi sans colère, il reprend moi sans fureur. Pitié, Seigneur, je dépéris ! Seigneur, guéris -moi ! Car je tremble de tous mes os, de toute mon âme, je tremble.

    Et toi, Seigneur, que fais-tu ? Reviens, Seigneur, délivre-moi, sauve-moi en raison de ton amour ! Personne, dans la mort, n'invoque ton nom ;  au séjour des morts, qui te rend grâce ?

    Je m'épuise à force de gémir, chaque nuit, je pleure sur mon lit : ma couche est trempée de mes larmes. Mes yeux sont rongés de chagrin ; j'ai vieilli parmi tant d'adversaires !

    Loin de moi, vous tous, malfaisants,  car le Seigneur  entend  mes  sanglots ! Le Seigneur accueille ma demande, le Seigneur entend ma    prière.  Qu'ils aient honte et qu'ils tremblent  tous mes ennemis,   qu'ils reculent,  soudain, couverts de honte !