compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thérèse de Lisieux et la Grande Guerre (8)

Textes tirés du livre : " Thérèse de Lisieux ou La Grande Saga d'une Petite Sœur " Auteurs : Bernard GOULEY - Rémi MAUGER - Emmanuelle CHEVALIER - Éditions Fayard 1997

 

 suite du post 7

 

93-94

La procédure exigeait, comme le premier procès, la "reconnaissance anatomique" des restes de Thérèse. La seconde exhumation eut lieu de vendredi 10 et samedi 11 août 1917. Bien qu'elle n'eut pas été annoncée publiquement, la foule envahit le cimetière : la rumeur s'était répandue dans la ville, des fossoyeurs et des menuisiers préparant la châsse ayant parlé. Mgr Lemonnier et les membres du tribunal, tous en habits de chœur, arrivèrent le vendredi en fin d'après-midi, sous une pluie d'orage, rythmée par le tonnerre et les éclairs. La tombe avait été ouverte jusqu'au mur de briques fermant le caveau. L'évêque fit constater que la sépulture n'avait pas été violée, enfin les fossoyeurs prêtèrent le serment d’exécuter fidèlement  leur travail et ouvrirent complètement le caveau. Avant de sortir le cercueil, le prélat fulmina au nom du Pape une sentence d'excommunication contre quiconque oserait "enlever ou ajouter quelque chose au corps, aux vêtements ou au cercueil de la servante de Dieu".

Le cercueil hissé sur le terre-plein (la pluie s'arrêta à ce moment précis, disent les témoins) portait des traces de sept années de séjour dans la terre : il était bruni mais pas endommagé. Le couvercle enlevé, on aperçut le cercueil de plomb scellé en 1910 par Mgr Lemonnier et Mgr de Teil (photo ici). "A ce moment, rapporte La Semaine religieuse de Bayeux, un jeune Canadien mobilisé put, en qualité d'Allié lui dit Mgr Lemonnier, photographier la scène. Aussitôt après le cercueil fut transporté jusqu'à la sortie de l'enceinte réservée où l'attendait le riche corbillard des premières classes. Alors ce fut un spectacle touchant, digne des plus beaux âges de la foi. On vit la foule, très calme jusqu'alors... se porter avec ardeur vers  le cercueil pour lui faire toucher à l'envi : chapelets, médailles, objets de piété de toutes sortes, et même casques de soldats, tout en ne cessant de garder (fait remarquable !) une attitude  religieuse irréprochable."

Le cercueil est placé sous une tente disposée dans la petite chapelle-dépositoire du cimetière dont la porte est scellée. A l'entrée, une toile abrite des gardiens chargés de veiller toute la nuit à la sécurité. Le samedi, la foule étant écartée, et en la seule présence de l'évêque et des juges, commence l'examen des restes par deux médecins assermentés, les Drs de Cornière et Loisnel. Le travail médical dure toute la journée : il faut reconstituer le squelette et apprécier l'état de chacun des ossements. Il manque une vertèbre, une côte et quelques petits os. 

Céline est présente. Elle est chargée, accompagnée d'une autre carmélite, de recueillir les ossements de sa sœur, de les envelopper dans des étoffes de lin ouvragées, liées par des rubans de soie, puis de les déposer dans le nouveau cercueil. 

Deux autres cercueils furent employés, précise La Semaine religieuse de Bayeux, "le second en plomb garni de draps blancs et le troisième, en bois de palissandre, de plusieurs centimètres d'épaisseur. Les carmélites avaient chargé la maison de Borniol de faire ce dernier cercueil en chêne mais, pour honorer sœur Thérèse, les fournisseurs voulurent lui faire hommage d'un cercueil en palissandre, moins orné que le coffre intérieur mais d'un travail fort apprécié et d'un goût très pur. " Rien n'est trop beau pour la sœur Thérèse" dit en le voyant, un ouvrier de Lisieux. Le mot traduit l'impression générale..." [note des auteurs : "Les informations de La Semaine religieuse ne sont pas rigoureusement exacte. En réalité, les ossements ont été déposés dans un coffret sculpté en chêne, capitonné de satin blanc ; le coffret a été placé dans un cercueil de plomb tapissé de drap blanc et le tout mis dans un sarcophage de palissandre."]

Le nouveau cercueil de Thérèse porté à bras d'hommes et suivi des autorités ecclésiastiques, de Mme La Néele (cousine de Thérèse) et d'une foule très nombreuse, fut ensuite inhumé dans le même caveau...

 

Les commentaires sont fermés.