compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux courants

74. (...) Deux voies s'offrent au christianisme. Faisons-nous didactique en simplifiant provisoirement. La voie de puissance. Elle fait appel à un savoir, à des lois, à des ferveurs de compensation. Convaincre, entraîner : tout est là. D'où l'importance du spectaculaire qui réchauffe des croyances généralement sèches et catéchistiques. C'est la voie gréco-latine et occidentale.  75. D'autre part la voie d'intériorité. Elle branche plus directement sur le mystère chrétien. C'est la voie palestinienne et sémitique. L' adhésion se dit non dans un langage abstrait mais symbolique d'expérience et de participation. Elle va avec un sens du secret, la méfiance envers ce qui paraît, proclame, entraîne selon les lois de physique psychologique.

Ces deux courants sont une réalité de l'Occident. Le premier est constitué par la pensée dominante. Il n'exclut pas l'intériorité, il peut même la prôner à condition qu'elle soit au service de "l' establishment " [remarque du rédacteur de ce blog  : je me suis permis de prendre ce mot plutôt que celui " d'établissement" utilisé par Sulivan]. Il se protège ainsi contre toute surprise. Ses ferveurs sont strictement cadrées et somme toute utilitaires. Le second minoritaire croit que l'Eglise elle-même doit consentir à se laisser bousculer par l'événement à travers lequel se manifeste le Saint-Esprit. L'absurde est que ces deux tendances épuisent leurs forces à se neutraliser l'un l'autre, comme il arrive dans les majorités politiques, en apportant ainsi la preuve qu'ils sont plus conduits par des opinions que par la foi.  Si les hommes de liberté spirituelle doivent reconnaître qu'une Eglise sans corps et sans autorité ne peut que se détruire, l'Eglise officielle doit reconnaître que sans le levain anarchique qu'est l'Evangile elle se fige. La foi devient alors une sorte de patriotisme catholique qui tourne sur lui-même avec ses principes en forme de slogans, avant tout soucieux de son image de marque. (...)

Jean Sulivan - L'exode - Cerf, 1988 - ISBN 2-204-02895-9 (première édition Desclée de Brouwer 1980)

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/sulivan-j/exode,943271.aspx

Les commentaires sont fermés.