compteur de visite site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sara-la-kâli

  • Les enfants de Sara-la-Kâli (3)

    Chaque année en mai, les Tsiganes viennent aux Saintes, en pèlerinage pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire. Ce temps fort est marqué (tous les 24 mai) par la procession de la statue de Sara portée jusqu'à la mer.

    Une semaine aux Saintes par ce beau livre de Maurice Colinon.

    Texte extrait du livre de Maurice Colinon  : " Les Saintes Maries de la Mer " Éditions SOS, 106 rue du Bac, 1975 - ISBN 02.7185.0792-6

    Né à Château-Thierry en 1922, Maurice Colinon a mené parallèlement une double carrière de journaliste et d'essayiste. Reporter dans un hebdomadaire à grand tirage, il est parti à la découverte de l'occultisme, du spiritisme, de la guérison buissonnière et des sectes. En 1955, il pénètre enfin dans l'univers insolite des gitans, et devient leur chroniqueur et leur ami. Vice-président national de " Notre-Dame des Gitans " et directeur de la revue " Monde Gitan ", ce fidèle pèlerin des Saintes-Maries-de-la-Mer nous ouvre le chemin.

     

    suite du poste du 21/05



    20 C'est en chantant que nous sommes entrés dans Les Saintes-Maries-de-la-Mer.

    21 Yako conduit très lentement, comme pour prolonger le cérémonial de notre entrée dans la Terre promise. Nos trois caravanes processionnent, laissant sur leur gauche la statue de Mireille, sur leur droite la masse moderne de la mairie, et le soleil de Camargue décalque sur le bitume leurs trois silhouettes trapues. Nous roulons lentement sur leur ombre.

    - Dans ma jeunesse, dit le vieux Béro, les Manouches occupaient le terrain vague qui est devenu depuis la place des Gitans. Il n'y avait alors aux Saintes que deux rues. Là où tu vois la mairie poussaient des vignes. Plus loin, c'était la campagne... Les Gitans ne venaient pas si nombreux, à cette époque. Peut-être un millier, guère davantage. C'étaient presque tous des maquignons de Saint-Gilles, de Lunel ou de Montpellier. Nous, les Manouches, on nous regardait un peu de travers, parce que nous n'étions pas du pays.

    Oui, Béro, Les Saintes ont bien changé ! Les Gitans aussi, à en 22 juger par les confortables caravanes, surmontées d'antennes de télévision (...)

    Yanko roule toujours au ralenti, hésitant aux carrefours, à demi penché hors de la portière. Je sais qu'il cherche, parmi ce fouillis de roulottes toutes pareilles, ceux de son clan, ceux de son sang, d'autres Yanko, d'autres Béro venus du polygone de Strasbourg ou du terrain de Laval, des pentes des monts d'Auvergne ou d'un village des Pyrénées où quelques-uns, maladroitement, s'essaient à la vie sédentaire. Et tous les autres aussi regardent, intensément, et vivent déjà  en pensée le moment si rare et si doux au cœur des retrouvailles.

    Ils se sont enfin trouvés, au creux d'un dernier terrain vague, là où le tissu serré des voitures et des roulottes s'effilochent, du côté de l'étang des Launes. Que de cris, de piaillements, d'embrassades ! Les tchavé (garçons) et les tchia (filles) sautent sur place de bonheur. Une vieille mâmi (grand-mère), clouée dans un fauteuil, laisse ses mains trembler d'émotion. Et cela dure, dure...

    (...)

    23 Pour le touriste pressé, tous les Gitans se ressemblent. Pour l'observateur attentif, il est clair que les voitures, roulottes et caravanes ne sont pas disposés au hasard. Cette cité éphémère n'a pas seulement ses avenues et ses venelles ; elle se compose, en réalité d'un certain nombre  de quartiers distincts. Car le peuple du Voyage n'est pas un, mais divers. Et si les violonistes de cette rue appartiennent, à l'évidence, au même groupe, ni leur visage ni leur musique ne ressemblent  à ceux des joueurs de flamenco qui, à deux pas de là, lancent les notes rauques du cante jondo. Et si toutes les femmes aux longues robes ont comme un air de famille, c'est précisément parce qu'elles sont différentes des autres.

    Ma première visite sera pour elles. Non pas à cause de leur  incontestable pittoresque, mais parce qu'elles sont, ces inquiétantes Sibylles, chargées de malédictions, les mal-aimées de ce pèlerinage où on ne les tolère qu'à contre-coeur. Elles débarquent ici chaque année de Montreuil ou de Bagnolet, de Lille, de Villeurbanne, arrogantes et splendides, traînant derrière elles une marmaille ébouriffée et une sourde réputation de sorcières. (...) Les Rom, répandus à travers le monde entier, grands nomades devant l’Éternel, ont réussi à préserver farouchement leur langue, proche du sanskrit, leurs traditions et leurs légendes. (...)

    24 Importunes et tenaces, aggrippeuses de touristes et exploiteuses des naïfs, les Romnia [féminin pluriel de Rom. Romni au féminin singulier] profitent sans vergogne du pèlerinage pour gagner le plus de lové (argent) possibles en lisant dans les lignes de la main. (...)

    Les Rom se mêlent peu aux cérémonies religieuses. Je les verrai pourtant s'arrêter devant l'église avant de reprendre la route, s'avancer au milieu de la nef et remplir de l'eau du puits d’invraisemblables ustensiles.  Chacun en boit une gorgée; le reste est emporté dans les caravanes à l'intention des malades. Certaines familles assurent qu'une petite Tsigane aveugle aurait recouvré la vue après avoir bu de cette eau sainte.

    (...) Devant un grand feu de bois où grillent des côtelettes, un petit orchestre s'est spontanément formé. Une fillette de six ou sept ans s'élance au milieu du cercle et se met à danser, comme pour elle seule, encore inexperte, mais empreinte déjà de cette grâce fougueuse qui fit la gloire de Carmen Amaya et de la Chounga. (...)

    27 Et, au milieu des rires, les claquements de mains reprennent, les guitares relancent la danse un instant interrompue.

                     
    A suivre...